Skip to content

Première escapade en Ontario

9 septembre 2011

Je suis une organisatrice dans l’âme, mais j’aime bien, parfois, donner les rennes à quelqu’un et me laisser guider.

Je revois à l’occasion deux amies d’enfance avec grand plaisir. Compte tenu de la distance s’imposant entre nous (Mississauga, Gatineau et Québec) et de la période estivale qui rend nos vies effrénées, nous devons prévoir des dates plusieurs mois à l’avance pour nous voir ainsi qu’un point de rencontre médian. L’une d’elle a décidé d’organiser une fin de semaine de camping et c’est donc pour cette raison que nous avons bravé la Transcanadienne ontarienne pour se rendre au Parc provincial Bon Echo, qui se trouve à environ trois heures de Gatineau.

Ne sachant aucunement à quoi nous attendre, nous sommes arrivés au parc les premiers pour découvrir un camping de type « lac Philippe ». Le terrain de camping est tout simplement immense. Il faut littéralement se déplacer en voiture pour se rendre d’un endroit à l’autre si l’on ne veut pas perdre trop de temps à marcher. Le terrain compte pas moins de 500 emplacements!

Laissez-moi vous dire qu’il n’y a aucun calme ni aucune sérénité à y trouver à la lueur du jour. Seulement des tonnes d’enfants qui crient et des groupes en quête de soirées bien arrosées. Le bruit est particulièrement envahissant. Le parc offre de nombreuses activités pour les enfants, d’où l’intérêt des familles.

Toutefois, lorsque la noirceur tombe, que les guimauves sont grillées et que les enfants tombent de sommeil, l’endroit devient relativement paisible. Il est possible d’avoir une discussion intéressante autour d’un feu de camp et d’une bonne bière brassée par une microbrasserie québécoise à faire découvrir à nos amis ontariens.

Les campeurs ont accès à des toilettes un peu partout sur le terrain (munies de papier de toilette!) et de douches à quelques endroits. Les terrains sont très bien aménagés et offrent tout de même une certaine intimité.

Le lac Mazinaw est sans doute l’atout principal du parc Bon Echo. Les hautes falaises affichent des pictogrammes autochtones qu’il est possible d’observer en canot ou en kayak. Le paysage en vaut certainement la chandelle. Plusieurs sentiers ont également été aménagés, dont le plus populaire, qui nous mène en haut de ces falaises. Il faut d’ailleurs se rendre au point de départ par voie nautique, et le parc offre un service de traversier pour ceux qui le souhaitent au coût de trois dollars et des poussières.

Le lac Mazinaw

Les falaises

La vue tout en haut du sentier

Je crois que celui qui s’y est amusé le plus est Chinook, notre chien. En effet, il y a une plage réservée aux chiens et un grand parc où ils peuvent se dégourdir un peu, puisqu’il faut les tenir en laisse partout ailleurs sur le terrain.

Il y a évidemment une grande plage réservée aux campeurs. Nous n’avons pas osé nous y aventurer car elle est était bondée. Nous pourrons toutefois remercier le beau temps qui était de la partie le samedi, tout juste avant qu’Irène ne se pointe le dimanche.

En résumé,

Les points forts : les grands emplacements, les sentiers de randonnée, le canot, les endroits pour les chiens, le départ à 14 h, les installations et les terrains de camping sauvage que nous avons remarqués sur la carte (seulement une poignée sur 500…)

Les points faibles : les 7 $ pour un petit sac de bois, les grandes distances à parcourir sur le terrain, et beaucoup, beaucoup, beaucoup trop de monde (ce qui complique la location de canot/kayak également).

Bière à l’honneur : La Stout à la framboise et au chocolat de la microbrasserie Multi-Brasses. Une bière dessert caractérisée par un goût subtil de chocolat rehaussée d’une touche de framboise bien présente. Se déguste allégrement autour du feu!

Dans un camping près de chez-nous

17 août 2011
À Gatineau, nous avons la chance d’avoir un parc d’une superficie impressionnante au cœur de la ville. En effet, le parc de la Gatineau se trouve sur le pas de notre porte. J’habite dans la région depuis maintenant plus de cinq ans et je n’ai pas encore exploré tous les coins de ce grand terrain de jeu. Reconnu pour le vélo et le ski de fond, le parc a beaucoup d’autres activités à offrir, dont le camping, et toutes les façons de camper sont offertes, été comme hiver.

Vous y trouverez terrain familial aménagé, camping rustique, site de canot-camping, yourte, refuge, chalet et nous avons même découvert quelques sites de camping clandestins dernièrement (nous aurons peut-être la chance d’y revenir, qui sait…).

Nous avons eu la chance de planter notre tente sur deux des trois terrains dans le parc, soit ceux du lac Philippe et du lac Taylor. Le troisième, le lac La Pêche, est réservé au canot-camping, et comme nous venons tout juste d’acquérir un canot, nous nous y rendrons fort probablement très bientôt. Tous les lacs sont situés dans la municipalité de La Pêche, à environ 30 minutes au Nord de Gatineau.

Nous sommes allés au lac Philippe, il y a deux ans, à l’ouverture de la saison. On nous avait dit que c’était un camping très familial avec plus de 250 terrains, toutes ses installations sanitaires, ses deux plages, ses emplacements pour véhicules récréatifs et toutes sortes d’autres services. Malgré mes craintes au départ, je dois maintenant avouer que le terrain est vraiment très beau et, avec un peu de chance, on a même vue sur le lac en se levant le matin. Les pistes cyclables de vélo de montagne et le sentier qui mène aux cavernes Lusk représentent certainement un atout. On ne s’ennuie pas au lac Philippe. Toutefois, on ne s’y repose pas non plus. Ce n’est pas l’endroit pour prendre une pose de yoga ni siroter son café tranquillement. Les enfants adoreront cependant leur fin de semaine, c’est gagner d’avance avec eux!

Prêts pour le vélo!

Les cavernes Lusk

Pour une fin de semaine de ressourcement, je vous suggère de réserver au lac Taylor. Pour avoir un emplacement, il est recommandé de s’y prendre très tôt dans l’année, en fait, dès que Demsis commence à prendre les réservations. Le lac Taylor, avec ces quelque 31 emplacements, est un endroit des plus populaires.

Le lac Taylor

Comme on parle de camping rustique, vous n’y trouverez que des toilettes sèches, mais également toute la tranquillité voulue. Les campeurs y sont beaucoup plus zen en général. Un avantage indéniable reste tout de même l’accès à toutes les installations du lac Philippe. C’est un peu comme avoir le meilleur des deux mondes!

Un ciel magnifique sur le lac Taylor

Somme toute, si vous êtes de passage en Outaouais ou de la région et que vous souhaitez un endroit plaisant à proximité de la ville, vous ne vous tromperez pas en vous rendant aux terrains de camping du parc de la Gatineau.

Conseil d’amie : Ne laissez aucune nourriture sans surveillance. Les ratons-laveurs sont des experts. Lors de notre fin de semaine
au lac Philippe, j’ai eu le malheur de laisser un sac de chocolats noirs emballés individuellement et les ratons les ont tous mangés, un par un, lichant même le papier!

Écho, écho, écho

24 juillet 2011

Avez-vous déjà crié du milieu d’un lac et obtenu un vrai et long écho? Les conditions doivent être parfaites. Il n’y a rien de mieux que de vider ses poumons pour une réponse franche et directe de la déesse grecque Écho, qui personnifie l’écho acoustique.

Ces conditions, vous les trouverez au lac Écho dans la Réserve faunique Papineau-Labelle. La Sépaq y offre des sites de camping rustique. Le camping sans artifice et sans luxe. Vous pouvez même opter pour une aventure de canot-camping. Vous trouverez des sites tous plus intéressants les uns que les autres tout le tour du lac, selon le nombre de coups de pagaie que vous avez envie de donner dans l’eau.

Les terrains de camping accessibles en auto sont tout aussi intéressants. Isolés les uns des autres, il est possible d’avoir une certaine intimité. Le Lac est bordé d’une belle plage qui permet de passer un séjour agréable dans les mois d’été les plus chauds.

Pour les familles, les groupes d’amis, les couples qui veulent passer un séjour tranquille au bord de l’eau, le lac Écho est l’endroit par excellence. Oubliez votre quotidien et laissez-vous porter au rythme de votre canot. Jouez comme des enfants dans l’eau. Mangez des guimauves et dormez sous les étoiles. D’ailleurs, chaque année pendant la période des perséides, plusieurs astronomes amateurs se rencontrent au lac Écho, où les conditions d’observation sont à leurs meilleurs compte tenu de l’absence de lumières.

Une plage invitante

Pourquoi ne pas en profiter?

Le calme plat

Destination Ouest

11 juin 2011

Habituellement, nous commençons le camping vers la mi-mai. Toutefois, avec toute la pluie que dame nature nous a laissée, nous avons inauguré le camping en même temps que le soleil cet été!

Nous avons encore bien des terrains de camping à découvrir au Québec, et nous souhaitons essayer plusieurs nouveaux endroits chaque année. Heureusement, Internet est une mine d’information. Le site de Camping Québec est très utile pour trouver un terrain selon des critères précis. Cette année particulièrement, comme Chinook s’est ajouté à notre famille, nous sommes à la recherche de camping qui accepte les chiens. Pas facile…

Nous aimons également apprendre à connaître notre région et ses alentours, et à en faire la promotion. C’est pourquoi nous avons mis le cap sur la région du Pontiac pour notre première fin de semaine d’évasion cette année. Plus précisément, au Camping Parc Leslie, à Otter Lake, à environ deux heures de Gatineau.

De prime abord, ce camping peut ressembler aux autres. Grosses installations, endroit très familial, nombreux services. Si vous voulez faire aimer le camping à vos enfants, vous ne vous tromperez pas en les amenant au lac Leslie. Alors qu’est-ce qui pourrait y attirer un jeune couple sans enfant qui aime la tranquillité d’esprit et le rythme de la nature? Les propriétaires du camping ont un secret bien gardé : les terrains de camping de groupe.

En effet, deux terrains, disposant chacun de leur lac privé, sont offerts aux groupes qui souhaitent être un peu à l’écart de l’action. La sainte paix!

Un courriel aux amis, une date fixée, et nous partions le 3 juin pour le lac Moore. Pour seulement 110 $ la nuit pour un terrain qui peut sans doute accueillir une dizaine de tentes, c’est donné.

Nous y avons découvert un endroit paisible, un lac très poissonneux et des couchers de soleil émouvants. Nous avons certainement chéri tout ce temps passé avec nos amis. Constatez-le par vous-même!

Prendre le temps de faire ce qu'on aime

Première balade en canot de Chinook

La sieste

Le lac Moore

Le début d’une autre belle aventure

6 juin 2011

La nature et l’aventure. La vie ensemble dans l’immensité individuelle. On échappe à notre quotidien.

On prend une profonde inspiration.

Un amoureux ayant pour passe-temps la photo. Une rédactrice avant tout traductrice à la recherche de sa propre inspiration.

 Par mots et images, nous souhaitons vous transmettre le goût du plein air.

Pour être honnêtes, nous ne vous parlerons probablement pas de sports extrêmes toutes les semaines, donc probablement pas de rafting ni d’escalade de glace. Nous ne sommes pas de la catégorie des « aventureux ». Nous nous contentons de camping sauvage, de canot/kayak, de vélo de montagne, de randonnée tout terrain et de quelques guimauves à l’occasion. Peut-être nous aventurerons nous vers l’inconnu éventuellement, sait-on jamais.

Secrètement, nous avons pour but de vous convaincre que la vie peut être belle à l’extérieur du confort offert par notre foyer. Nous avons peu à peu convaincu nos amis. Bientôt, ce sera vous le convaincu!

En attendant, voici un aperçu de ce que nous aimons voir en nous levant le matin…

Camping au Diable vert - Glenn Sutton